🩠 un marin du porte-avions Charles de Gaulle tĂ©moigne,668 marins testĂ©s positifs.

Alors que 668 marins français ont Ă©tĂ© testĂ©s positifs au Covid-19, en grande majoritĂ© sur le porte-avions Charles de Gaulle, un des membres d'Ă©quipage, lui-mĂȘme positif, tĂ©moigne. Sous couvert d'anonymat, l'homme parle de sa "colĂšre" et du "manque de transparence de l'ArmĂ©e".




ConfinĂ© depuis dimanche sur un site militaire varois, l'homme raconte "avoir l'impression d'ĂȘtre, tel un mouton, parquĂ© dans une chambre". Il partage quelques mĂštres carrĂ©s avec un de ses collĂšgues et voit par la fenĂȘtre que "des grillages sont en train d'ĂȘtre installĂ©s". 
"L'armée a joué avec notre vie".


L'homme se dit "en colÚre" : "L'armée a joué avec notre santé, notre vie." "Les mesures barriÚres étaient difficiles à respecter à bord du porte-avions" poursuit le Varois. Chaque marin disposait de deux masques par jour pour se protéger.

Selon lui, le commandant du porte-avions aurait proposĂ© d'interrompre la mission quand le Charles de Gaulle Ă©tait en escale Ă  Brest, entre le 13 et 16 mars. À ces dates, dit-il, plusieurs marins prĂ©sentaient dĂ©jĂ  les symptĂŽmes du coronavirus et le Pacha aurait souhaitĂ© confiner immĂ©diatement son Ă©quipage. Toujours selon le marin, cette proposition aurait Ă©tĂ© refusĂ©e par le MinistĂšre des ArmĂ©es. Nous aurions dĂ» rester Ă  Brest... tout ça manque de transparence" conclut le Varois.

SollicitĂ© Ă  ce sujet, le MinistĂšre rĂ©pond que "le chef d’Ă©tat-major de la Marine a ordonnĂ© une enquĂȘte de commandement afin de tirer tous les enseignements de la gestion de l'Ă©pidĂ©mie au sein du groupe aĂ©ronaval et pour faire toute la lumiĂšre sur les conditions de propagation du virus Ă  bord du porte-avions". EnquĂȘte qui prendra plusieurs semaines.

Source : Ici

Commentaires