🦠 À ce jour, 473 gendarmes ont été testés positifs au coronavirus

Leur directeur gĂ©nĂ©ral, Christian Rodriguez, dĂ©taille l’Ă©volution de la dĂ©linquance durant la crise sanitaire, les contrĂ´les des mesures de confinement ou encore l’hostilitĂ© Ă  l’encontre des forces de l’ordre.

Baisse des violences, des cambriolages, trafics, accidents, etc. Mais progression constante de la cybercriminalitĂ©… La crise du coronavirus a changĂ© le visage de la dĂ©linquance. Les gendarmes interviennent aussi beaucoup pour des violences et diffĂ©rends au sein des familles, relève le gĂ©nĂ©ral Christian Rodriguez. Il Ă©voque Ă©galement les nouvelles missions des gendarmes, les neuf millions de contrĂ´les rĂ©alisĂ©s, la protection des militaires et les polĂ©miques. Interview du directeur gĂ©nĂ©ral de la gendarmerie nationale, qui a pris ses fonctions en novembre dernier.

La crise du Covid-19 a bousculé la délinquance ?

On a observĂ© une chute importante des crimes et dĂ©lits, logique avec le confinement. En zone gendarmerie, c’est par exemple une baisse de 20 % de violences physiques par rapport Ă  la mĂŞme pĂ©riode en 2019. Également 40 % de cambriolages en moins en mars, et 60 % en avril. Deux fois moins d’escroquerie aussi. Des trafics de stupĂ©fiants perturbĂ©s Ă©galement.

Le volume d’accidents de circulation recule de 73 %. Je suis frappĂ© toutefois par le nombre de grands excès de vitesse, au motif qu’il n’y a pas grand monde sur les routes. Rouler Ă  260 km/h sur une portion limitĂ©e Ă  110, c’est ahurissant. Beaucoup moins de voitures circulent, mais l’augmentation globale de ces infractions atteindra peut-ĂŞtre 10 %.

La suite : Ici

Commentaires