Suicide à Évreux : la hiérarchie militaire hors de cause

Un sergent de la base aérienne 105 d’Évreux qui s’est donné la mort en novembre dernier accusait sa hiérarchie de harcèlement au pretexte qu’il était homosexuel. 

Les investigations ont en fait révélé que c’est ce sous-officier qui faisait preuve de comportements répréhensibles.



 L’enquête diligentée par la justice suite au suicide d’un sergent homosexuel le 17 novembre dernier est bouclée. Hier vendredi, le parquet d’Évreux a communiqué les résultats des investigations ouvertes après que le militaire de la base aérienne 105 d’Évreux, Clément Cornier-Dumont, retrouvé pendu dans la grange de sa propriété de Cailly-sur-Eure, avait laissé une courte lettre d’adieu. Il y accusait un adjudant de harcèlement moral parce qu’il était gay.

Comportement répréhensible du sous-officier

Le compagnon de ce sergent âgé de 37 ans, Sylvain Dumont, avait médiatisé la disparition de son mari. « Cet adjudant voulait la mort de mon mari, il l’a harcelé pendant un an », assurait-il à la presse. Les nombreuses investigations ont infirmé ces accusations et mis au jour un comportement répréhensible du sous-officier en poste à l’escadron de protection de la BA 105.

Cliquez ici pour lire la suite

Commentaires

Publier un commentaire